la banque contemporaine

bethuneloppin12239702551.jpg 

« Dans une semi-obscurité, des éclairs vous aveuglent […] » (lien1)
« Ces trois installations sont de magnifiques re-créations de l’esprit des lieux, chacune à sa manière, Lévêque plus historique et social, Dubosc plus enfantine et funèbre, Loppin plus psychologue et élégant. Béthune est à un peu plus d’une heure de Paris, il faut y aller. » (lien2)

Plutôt que de le paraphraser, je le cite. Parce que j'ai beaucoup d'admiration pour ses écrits. Et parce que, cette fois-ci, il ôte les mots de sous ma plume.
Parce que j'admire aussi ces artistes. L'un d'entre eux en particulier. Une histoire qui m'est familière.
De ses débuts à aujourd'hui. Même avant le début.
Peut-être qu'un jour, je lui demanderai l'autorisation d'en retracer quelques lignes.
La naissance de l'artiste et ses idées. Ambitieux… Un jour, peut-être, je lui en parlerai.

Les échos puissants d'une douleur enfantine se répercutent encore dans mon esprit alors que le naufrage des souris alimente encore mes visions bancaires. L'odeur du bois me brûle et ce bourdonnement m'empêche de retrouver ce qui hante ces berceaux.
Aveuglée, j'ère sans repère quand le son m'opresse sous les traits du crâne aux branches agressives et aux archives, me réfugie.

Publicités

Une réflexion sur “la banque contemporaine

  1. Merci, mais je suis confus de bloquer votre plume.
    Vous aussi, écrivez, lancez-vous; d’ailleurs vous le faites, et fort bien, dans d’autres billets.
    Racontez cette histoire qui vous est familière.

    Marc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s