J’ai fermé les yeux sur la Seine…

Emportée par la mélodie dans mes oreilles,

bercée par le ronronnement régulier du métro,

là, où, chaque matin, je regarde les péniches à quai,

une ouverture furtive au milieu des sombres tunnels.

Pourtant, ce matin, j’ai fermé les yeux sur la Seine…

Elle se fend plus d’une robe longue, sur le côté.

La petite fille de Susie Wong voit sa vie débridée.

La Jonque, Raphaël.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s