la crèche…

 

Dans la famille « boulets administratifs », j’appelle :  « La Crèche » !
– Mauvaise pioche !

Pour espérer obtenir une place en crèche, il faut :
S’inscrire au 3e mois de grossesse pile : ok.
Fournir tout un tas de papiers : livret de famille, pièces d’identité, justificatif de domicile, fiches de paie… : ok.

 Pour ce qui est des fiches de paie : j’ai repris le travail qu’au 3 mois de mon bébé, et seulement à mi-temps, donc j’ai du me contenter d’une demande en temps partiel.
Un temps partiel c’est 2 ou 3 jours par semaine mais on choisit pas les jours. ok. Ca va pas être simple ça…

 Je fais quand même une demande pour début février 2010.

 Hier, n’ayant toujours pas de nouvelles,  je passe un petit coup de fil, et, après avoir insisté un peu pour avoir des infos autre que « on vous rappelle dès que vous avez une place ! », j’apprends que j’aurais peut-être une place entre septembre et décembre 2010 au mieux.

  » – Ok. Mais là je suis passée en plein temps.

 – Ah, dans ce cas, faites une demande en temps complet, et passez nous déposer le nouveau contrat de travail, avec le temps de travail indiqué.

 – D’accord, mais je suis contractuelle dans un lycée, ce sont donc des contrats d’un an, du 1er septembre au 31 aout.

 – Oui, pas de problème, c’est le temps de travail qui compte pour passer en commission d’attribution de places début juin. »

 Je vais donc déposer mes papiers et là je me fais jeter par la fille de l’accueil :
« – Mais vous n’êtes pas en CDI !

 – Ben non, je l’ai dit à votre collègue, je suis contractuelle.

 – Ah mais là ça sert à rien de déposer votre contrat ! Vous passerez pas en commission ! Vous croyez qu’on attribue des places à des gens qui sont susceptible de pas travailler sur une longue durée !

 – … Je peux vous faxer une promesse d’embauche et vous donner mon nouveau contrat pour l’an prochain courant juin, puisque je signe avant les vacances scolaires.

 – Vous pouvez essayer mais c’est pas un CDI alors, à mon avis, c’est pas gagné hein ! Je pense pas que votre dossier passera à la commission de juin.

 – On va quand même essayer, ça coûte rien.

 – Oui, c’est sûr, ça coûte rien, mais de toutes façons, il reste peu de places, sur 47 places, 36 ont déjà été attribuées et comme je vous l’ai dit, vous n’êtes pas du tout prioritaire… »

 Je ne sais pas ce qui m’a retenue de lui taper dessus !

 

 

« Ouesh Madame ! »

Je travaille dans un lycée professionnel depuis quelque temps. Et si, au début, j’étais surprise par  beaucoup de choses, et notamment par les agissements des élèves, on peut penser qu’au bout d’un moment on se lasse, blasé par un quotidien plutôt fatiguant, ce qui est le cas de plusieurs de mes collègues d’ailleurs.
Pourtant, moi, les  élèves continuent de me surprendre, et même si ce n’est pas toujours en bien, parfois, c’est assez marrant.

Un petit extrait, tout frais d’hier :

L’élève, majeur et très absentéiste, entre dans la vie scolaire :

« Ouesh Madame !
– Jeune homme, bonjour. Ça fait un moment qu’on ne vous a pas vu en cours.
– Ouais, j’sais, j’ai trop d’trucs à faire ! J’viens pour faire mes papiers là !
– … vos papiers ? … vos absences vous voulez dire ?
– Nannn, mes papiers genre mon passeport et tout là passque j’pars au bled bientôt !
– Ah… et vous venez faire ça au lycée ?
– Ben ouais !
– Je vous suggère d’aller plutôt à la mairie de la ville où vous habitez, dans la mesure où c’est la mairie qui s’occupe de ça.
– Ah ouais… mais comme j’sais qu’vous êtes en contact et tout j’me suis dit qu’ça irait plus vite de passer par vous !
– Je vois, mais non, je ne peux rien faire pour vous.
– Et vous z’avez pas les papiers de la naissance ?
– … Un extrait d’acte de naissance ?
– Ouais !
– Non, c’est à la mairie de la ville où vous êtes né qu’il faut vous adressez.
– Truc de ouf c’est les maires qui gèrent tout là ! … ben ça servait à rien que j’vienne là du coup !
– Vous pourriez aller en cours, ça me parait être une bonne idée.
– … ouais… J’vais voir…mais  ça m’arrange pas moi là ! »

La jeunesse d’aujourd’hui est diverse, variée, active, pleine de ressource, de surprises et d’avenir… ou pas.

« la gamine, c’est moi ! »

Avec mon petit loulou et mon chéri, nous avons passé les fêtes de Noël dans ma famille.
Je vais faire les courses avec ma maman pendant que mon papa et mon chéri gardent petit loulou à la maison, au chaud et au sec.

On fait les courses en papotant, et en sortant du magasin, alors que je pousse le caddie, maman me dit :

« J’aime bien quand on est toutes les deux !
Je souris. Et là, elle rajoute
– Parce qu’avec toi, j’ai l’impression que du coup, la gamine, c’est moi ! »

J’ai souris, perplexe…

Moralité : faut croire que devenir grand-mère, visiblement, ça rajeunit, mais être maman ça fiche un petit coup de vieux !

frisson…

 

Il y’a quatre ans, j’ai perdu un être cher.

C’était un personnage excentrique et surdoué doublé d’un inconscient à l’égo surdimensionné.
Il avait du talent, il savait tout faire, pouvait tout faire et avait une confiance en lui à la fois déconcertante et réconfortante.
Ce talent, ces talents multiples lui auraient apporté le monde à portée de main.
Son seul point faible a été de n’avoir pas su vivre un peu plus longtemps.

Il a été désiré, aimé, adoré et détesté.
Sa mort a causé beaucoup de peine.
Et, je crois qu’il manque même à ceux qui l’ont un jour détesté.

Il m’a beaucoup appris, de bonnes choses et … des moins bonnes. Il a joué un rôle important pour moi, même si je m’en suis surtout rendue compte par son absence. C’est souvent comme ça, non ?
On perd quelqu’un et son absence nous fait comprendre combien sa présence était importante.
Mais il faut faire son deuil et aller de l’avant. Le passé appartient au passé, lui aussi.

Pourtant aujourd’hui, quatre plus tard, pour la première fois depuis longtemps, j’y repense avec un certain frisson, un mélange de tristesse et, surtout, de peur.
Parce que, quand il est parti, il avait mon âge.
Et là, comme ça, au milieu du chaos qui ravage le monde aujourd’hui, c’est cette toute petite pensée, ce bête frisson qui me fait peur et me fait monter les larmes aux yeux…

 

Bilan d’une journée bien remplie

10 minutes de break dans la journée : un bilan s’impose :

Leçon du jour n°1 :
Ne pas changer les draps de son grand lit et de sa lourde couette d’hiver toute seule après avoir pris sa douche, parce qu’après, il faut reprendre une douche…

Leçon du jour n°2 :
Penser à mettre le chauffe-eau en marche forcée si l’on doit reprendre une 2e douche après avoir changé les draps de son grand lit et de sa lourde couette d’hiver toute seule…

Leçon du jour n°3 :
Une bonne douche chaude puis tiède puis froide parce qu’il n’y a plus d’eau chaude, ça remet les idées en place pour enchaîner sur le ménage et le repassage que l’on avait remis à demain…

Bilan du jour :
Les journées au boulot sont moins fatigantes que les journées à la maison… Va peut-être falloir envisager un plein temps !

mode coiffure : collection hiver

Cheveux et froid ne font pas bon ménage…

En ce moment, j’ai l’impression de m’être coiffée en mettant mes doigts dans une prise électrique !
Vous aussi ?

C’est l’effet froid électrique. Les cheveux fins adorent !
Ça fait marrer les gens, surtout les commerçants : parce que le contraste froid mordant et chauffage confortable des magasins et autres intérieurs, ça électrise complètement les cheveux sans parler de l’écharpe douillette en laine ou acrylique et les chapeaux : vos cheveux aiment et se sentent des ailes ! Ils vadrouillent vaporeusement à la verticale au-dessus de votre tête …

Pas glam’ !

Remarquez, je pourrai sortir les cheveux mouillés mais je préfère être coiffée mode hérissée légère qu’attraper une pneumonie…